Anarchy Index du Forum
Anarchy
L'odeur du sang et de la poudre... Jusqu'où le supporterez vous?
 
Anarchy Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Lüe ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Anarchy Index du Forum -> Général -> Présentations -> Présentations validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lüe
Chef

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2007
Messages: 17
Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Force: 5
Force mentale: 9
Résistance physique: 5
Combat: 5
Perception: 5
Dextérité: 5
Furtivité: 7
Vivacité: 9
Habilité: 5

MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 01:38 (2007)    Sujet du message: Lüe Répondre en citant

Nom : Saelys
Prénom : Lüe
Age : 25 ans

Camp : Militaire
Grade : Chef
Arme : Un katana, et un cran d’arrêt.

Description Physique :
Chez Lüe, le corps est intimement lié à l’esprit. Son apparence est ce qu’elle est à l’heure actuelle non pas par la faute de la génétique, comme il serait normal de le penser, mais parce que Lüe l’a voulu. Si elle possède son air androgyne de naissance, plusieurs choses ne sont pas « naturelles ». Comprenez par là que son torse presque totalement plat ainsi que son bassin étroit ne le sont que par sa volonté.  Eh oui ! Lorsqu’il est déterminé, un esprit humain est capable d’accomplir bien des miracles…comme transformer le corps d’une femme en celui d’un homme. Car il faut avouer que la méprise est aisée ; son visage triangulaire où brillent, telles deux pierres précieuses, des yeux mordorés, ne présente aucune trace de féminité, même diffuse. Quant à sa bouche aux lèvres fines, le jugement ne diffère pas.
Ses cheveux d’un blanc tirant sur le gris peuvent étonner par leur aspect négligé qui correspons assez peu au personnage ; perpétuellement en bataille, ils sont séparés en deux mèches torsadés au niveau de la nuque qui retombent au niveau des épaules.
Pour le monde qui la croit homme, Lüe doit paraître plutôt beau garçon. Grande et mince, sa beauté froide est magnétique, et elle sait en jouer pour défendre ses intérêts.


Mais ce qui frappe surtout chez la jeune femme, c’est cette impression d’extrême jeunesse pourtant mêlée à l’inquiétude permanente. Cette dernière se lit sur son visage, il suffit d’observer son front -tâche difficile car il disparaît sous des mèches rebelles- barré par un trait, une fausse ride, résultat de nombreuses années de stress. Aujourd’hui cependant, rares sont les occasions où l’on peut apercevoir une véritable expression se peindre sur ce visage juvénile ; elles la plupart du temps simulées, ou plus simplement absentes. Un sourire ? N’osez pas l’espérer…car jamais vous n’en verrez. Ou alors il sera feint, et donc sans aucune valeur…



Description Psychologique :
Il est une chose des plus importantes à savoir à propos de Lüe, la seule qui permette de la comprendre un tant soit peu. Elle est paranoïaque. A partir de là, il est facile de deviner le sentiment qui la domine. La méfiance. En effet, prise dans son délire de persécution, elle se trouve dans l’impossibilité de faire confiance à quelqu’un, et réduit au maximum ses relations humaines. En vérité, c’est pire que cela : elle les fuit le plus qu’elle peut, érigeant ainsi une barrière invisible entre elle et les autres, faisant de son cœur un bastion inexpugnable. Handicapée, elle est aussi incapable de donner de l’amour que d’en recevoir. Elle n’aime qu’elle-même et méprise les autres, la faute à son orgueil démesuré, l’autre aspect de sa paranoïa. Et comme elle se surestime, elle voit d’autant plus de raisons pour que le reste de l’humanité veuille lui nuire. C’est un cercle vicieux qui ne comporte qu’une seule échappatoire. La mort. Mort dont Lüe à d’ailleurs une peur panique, reflet de sa peur de la vie elle-même et qu’elle n’ose s’avouer.


Mais le caractère de la jeune femme ne s’arrête pas à sa paranoïa, il comporte nombreuses autres facettes. Sa volonté à toute épreuve en fait partie : elle sait parfaitement ce qu’elle veut, et veut chacun des gestes qu’elle fait. Oui, vous ne pourrez faire flancher sa détermination, car Lüe est prête à tout pour arriver à ses fins. Elle n’est pas spécialement cruelle, mais si c’est nécessaire à ses yeux, elle tuera ou torturera sans l’ombre d’une hésitation. Le doute ? Notion plus qu’inconnue pour elle…
La demoiselle ne supporte pas non plus qu’on la contredise ; elle pourrait très mal le prendre si l’un de ses subordonnés lui désobéissait ou prenait une initiative, voire même considérer cela comme une traîtrise. Car il faut bien dire qu’en plus de toujours vouloir avoir raison –non, excusez moi, elle ne le veut pas, elle en intiment persuadée- Lüe voit trahisons et complots partout, toujours la faute à sa paranoïa. Elle vit dans la crainte perpétuelle que l’on intrigue contre elle afin de lui voler sa place ou encore sa vie. En vérité, elle redoute plus ses alliés que ses ennemis…
Elle évite le plus possible de sortir en compagnie de son armée par peur d’un éventuel attentat, elle préfère au contraire se promener incognito dans la ville, quitte à utiliser son identité féminine pour être non reconnaissable. De plus elle est assez douée pour passez inaperçue, ce qui lui facilite grandement la tâche.
L’androgyne est également intelligente, elle s’adapte rapidement à toute situation. Elle est donc capable de prendre une bonne décision, même dans l’urgence. Fine stratège, sa place à le tête des militaires est entièrement justifiée.  Excellente actrice, l’art de la manipulation n’a aucun secret pour elle. Jouer avec les nerfs de ses adversaires ? Un jeu d’enfant, dont elle se régale pleinement. Elle sait tirer sur les bonnes ficelles pour faire de ses hommes des pantins, marionnettes dont elle dispose à sa guise…Ce qui est étrange, c’est que malgré sa névrose, elle connaisse si bien les êtres humains. Faibles créatures à l’esprit fragile, un rien les détruits…






Histoire :
Une femme sort d’un hôpital, d’un pas lent, le visage lugubre. Elle tient un paquet entre les bras. En s’approchant, l’on comprend qu’il s’agit d’un nouveau-né. Cet enfant qui est le sien a à peine une semaine qu’elle le hait déjà. Elle ne l’a pas souhaité, et il a détruit sa vie…
L’homme qu’elle aimait, qu’elle aime toujours d’ailleurs,  l’a quittée. Elle avait commis l’erreur de tomber enceinte. Il est parti, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. Elle ne s’est pas rendue compte que cette attitude démontrait qu’elle n’était rien à ses yeux. L’amour rend aveugle, elle l’était donc devenue. Pourquoi ne pas avoir avorté ? Elle est croyante ; elle n’a pas osé la pauvre. Alors elle l’a gardé. Elle l’a porté, neuf long mois, tentant de le tuer par divers moyen. Elle est tombée dans l’escalier. Elle a martelé son ventre de coups. Elle a cherché à sa faire agresser dans la rue. Mais non, rien n’y a fait. L’enfant a survécu. Alors, de guerre lasse, elle a arrêté ses tentatives de meurtre. Elle a attendu. Jusqu’à ce jour d’octobre. Le 17 exactement. Dans une chambre blanche, aseptisée, comme toutes les chambres d’hôpital, le bébé est né. Une fille, qu’elle a refusé de le prendre contre son sein, pour la faire téter. L’infirmière n’a rien dit, elle a simplement été cherché un biberon, et a nourri la fillette. Six jours plus tard, elle a quitté les lieux avec l’enfant, à qui elle n’a toujours pas donné de nom. En refusant de lui donner une identité, elle lui retire son existence. Il n’est qu’un morceau de chair rosée. Il la dégoûte. Et maintenant, elle marche dans la rue, elle va rentrer chez elle, dans son immeuble miteux. Elle est maintenant devant le palier, elle sort une clé de sa poche, la tourne dans la serrure. Elle entre, ferme derrière elle. Elle va dans le salon, s’asseoit sur le canapé. Elle laisse tomber le bébé par terre. Il pleure. Elle plaque ses mains sur ses oreilles. Elle ne veut pas l’entendre. Ferme les yeux. Tente d’oublier.


Deux ans se sont écoulés. La petite fille a grandi. Elle vit encore, et c’est miraculeux, car sa mère la néglige totalement. En manque de soins, de nourriture, et surtout d’affection, elle s’efforce de survivre dans ce monde. Toutes les nuits, elle dort par terre. Sa mère ne lui a jamais acheté de lit. Elle n’a pas de jouets, ne regarde pas non plus la télévision. Quand elle ne dort pas, elle ne fait rien. Elle est seule, dans cet appartement aux murs gris. Personne ne sait qu’elle existe. Et la seule qui en a conscience fait tout pour qu’elle n’existe plus. Les mauvais traitements, ce n’est pas un meurtre radical, mais ça la tue à petit feu.


Aujourd’hui, la fillette a trois ans. Elle ne le sait même pas. C’est un jour comme les autres. Sa mère marche dans la rue, il est vingt heures. Elle sort du travail. Les feuilles des arbres, colorées de milles teintes, se détachent et virevoltent silencieusement. L’une d’elles atterrit sur sa tête, elle la prend dans sa main. Feuille d’érable, elle est rouge. Rouge sang…Elle la jette, et continue son chemin.
Elle est assise, sur une chaise bancale. Elle regarde sa fille. Elle pense que cela fait trois ans qu’elle est là. Trois ans de haine, trois ans de pleurs. Soudain, quelque chose cède dans sa tête. Une barrière s’écroule. Elle est à présent sur le tapis, à moitié allongée. Ses mains enserrent le petit cou fragile de la fillette. L’enfant crie. Elle a peur. La mère crie. Elle exulte. La pression se resserre. La fillette ne crie plus. Elle tousse. Elle crache du sang. Sang qui retombe sur les mains de la mère. La vie s’échappe peu à peu de l’enfant. Soudain, un bruit retentit. Quelqu’un a ouvert la porte. Quelqu’un marche dans l’appartement. Quelqu’un arrive dans le salon. C’est la voisine. La mère s’en rend compte. Elle relâche sa fille. Ne bouge plus. Son regard est vague, distant. Elle est déconnectée de la réalité. La voisine regarde la scène interdite. Ses yeux passent successivement de l’enfant à moitié morte aux mains tachées de sang de la mère. Ce soir, elle avait entendu des cris plus forts que d’habitude. Pourquoi a-t-elle choisi de ne pas fermer les yeux pour une fois ? Elle ne le sait pas elle-même…Mais la porte était ouverte, et elle est rentrée. Quelques secondes plus tard, elle réagit, prend la gamine dans ses bras, et sort de l’appartement. Elle court jusqu’à l’hôpital le plus proche. Là, l’enfant est immédiatement prise en charge.


Une semaine est passée. Une semaine durant laquelle la fillette s’est battue. Une semaine qu’elle a passé entre la vie et la mort…A présent, elle va mieux. Enfin c’est relatif…Quand elle reprend conscience, elle revoit les images de cette terrible soirée…Elle est traumatisée.
Sa mère est en détention provisoire. Et l’enfant va être placée en famille d’accueil, dans une autre ville. Mais un problème se pose. La fillette n’a pas de prénom. Cela semble incroyable. Comment un être humain peut-il vivre trois années durant sans identité, et ce sans que personne ne s’en aperçoive ? Cette question reste sans réponse…Finalement c’est l’infirmière qui s’est occupée de l’enfant pendant son séjour qui lui donne son prénom. Elle l’a trouvé dans un dessin animé que sa fille regarde tous les jours. Maintenant, l’enfant s’appelle Lüe.


La famille qui a accueilli Lüe est un couple de cinquante ans. Ils ont déjà une fille, mais elle a vingt ans. Elle est grande, et elle n’habite plus dans la maison. Tant mieux, Lüe ne l’aime pas. Et elle n’aime pas non plus son nouveau papa et sa nouvelle maman. Ils lui font peur, terriblement peur, elle pense qu’ils veulent lui faire du mal. D’ailleurs, tout lui fait peur depuis qu’elle est partie de l’hôpital. Elle ne veut plus qu’on l’approche. Pourtant, elle est là depuis presque un an. Mais elle se dérobe toujours aux bisous, aux câlins. Il ne faut pas la toucher, surtout pas. Quand elle doit se doucher, elle crie. Si elle pouvait se laver toute seule, elle le ferait, mais elle est encore trop petite. Elle ne mange pas beaucoup non plus, pourtant elle a de la nourriture à profusion. Alors elle est maigre, même un peu trop.


Ce matin, Lüe a fait sa première rentrée à l’école. Elle est en CP. Elle a trouvé que la maîtresse la regardait méchamment. Et puis un garçon a essayé de lui prendre le jouet qu’elle avait dans les mains à la récréation. Pourquoi a-t-il fait ça ? Elle ne lui avait rien fait. Et puis les autres enfants aussi, ils sont bizarres. Elle a senti qu’ils ne l’aimaient pas. Elle n’en comprend pas la raison, mais elle en est persuadée.


Lüe n’est devenue amie avec aucun enfant depuis qu’elle est à l’école. Mais elle a appris à lire très vite, alors maintenant, ce sont les livres ses amis. Elle passe beaucoup de temps avec eux. Ils ne veulent pas l’embêter, ils sont toujours gentils. Si elle est triste, ils la réconfortent, ils la font rire. Et puis ils lui apprennent plein de choses. D’ailleurs, elle retient très bien ce qu’il y a marqué dedans. Comme en classe, elle arrive facilement à faire ses exercices. Elle est intelligente, elle le sait. C’est pour ça que les autres élèves lui en veulent. Parce qu’elle est meilleure qu’eux. Si elle ouvrait les yeux, elle se rendrait compte qu’elle se trompe, que c’est elle qui s’isole. Mais comment pourrait-elle avoir encore des rapports normaux avec les autres, quand celle qui lui a donné la vie a également tenté de lui ôter ? Forcément, sa vision du monde est déformée. A jamais.


La fillette a grandi, elle est devenue adolescente. Elle entre dans sa dix-septième année, mais elle n’à ni règles ni poitrine. L’anorexie en est responsable. Et avec ses cheveux courts, on ne cesse de la prendre pour un garçon. Peu lui importe, car niveau relations humaines, Lüe n’a pas vraiment progressé. Elle est toujours seule avec elle-même, seule avec sa peur…Mais elle a appris à faire semblant. Elle fait du théâtre depuis son entrée au lycée, et sait contrefaire les émotions humaines à merveille. A travers ses lectures, et grâce aux observations qu’elle effectue dans la vie de tous les jours, elle apprend peu à peu connaître l’être humain, ses forces et ses faiblesses. A la fin de l’année, elle va passer un examen, réforme de l’ancien baccalauréat, qui lui permettra de se lancer dans des études supérieures. Pour faire quoi ? Elle ne le sait pas. Rien ne la pousse à vivre. Mais elle continue à aller de l’avant, parce qu’elle ne sait rien faire d’autre.


Des papiers…il y a tellement de papiers à remplir…ce sont des dossiers, des inscriptions pour son orientation. Elle hésite. Que va t-elle choisir ? Rien ne la motive réellement. Soudain, elle a une illumination. Pourquoi devrait-elle emprunter un chemin banal, elle qui est pourtant supérieure ? Elle doit s’élever dans la société. Les puissants sont toujours craints et admirés, ainsi on l’appréciera à sa juste valeur. Et avec le pouvoir, elle pourra se protéger plus facilement des autres. Si elle savait que son pire ennemi n’est autre qu’elle-même…Mais quelle voie utiliser pour son ascension ? La politique…non…Hum…L’armée ? Oui, pourquoi pas. Elle va s’engager, et tenter d’en prendre petit à petit le contrôle, jusqu’à parvenir au sommet…


Lüe travaille dans l’armée depuis un an et demi. Elle ne s’était pas imaginée que c’était si dur de monter en grade. Elle n’avait pas non plus réfléchi à l’handicap que cela représentait d’être une femme. Car les hommes sont largement majoritaires…Elle doit supporter les brimades, et faire face au sexisme. Elle pourrait occuper des postes importants, elle est largement qualifiée. Mais ses supérieurs sont des imbéciles. Ils refusent tout simplement l’idée que Lüe soit plus intelligente qu’eux. Alors la jeune femme prend sa décision. Puisqu’être femme se révélait rédhibitoire pour prendre le pouvoir, elle deviendrait un homme. Ce ne serait pas bien difficile, son physique était adéquat. Mais comment mettre tout cela en place ? Elle eut bientôt l’occasion de concrétiser son idée.


Il est tard, un militaire un peu saoul se balade dans les couloirs vides de la base. Sur son chemin, il croise Lüe, la dernière encore debout à cette heure ; elle a présenté quelques heures plutôt une demande de mutation à San Francisco, à l’autre bout des Etats-Unis. L’homme reluque Lüe :  pas bien féminine, mais bon il n’y a pas franchement d’autres choix dans le coin. Il commence à lui faire des avances, elle se dérobe. Il insiste. Elle refuse. Il commence à s’échauffer. Elle sort son flingue. Il ne prend pas conscience qu’il risque de mourir. Elle tire. Un seul coup. Un coup létal.
Cela fait environ deux minutes que Lüe regarde le corps, étendu à ses pieds, pas l’air incommodée, ou quoi que ce soit d’autre, par le geste qu’elle vient de commettre. Non, au contraire, un léger sourire –fait extrêmement rare- se peint sur son visage. Son cerveau fonctionne à cent à l’heure. Soudain elle disparaît. Elle revient peu après équipée de gants et d’un grand sac en plastique. Le militaire est un petit gabarit, heureusement ; elle n’a donc pas trop de mal à l’insérer dans le sac. Elle le traîne ensuite jusqu’à une immense pièce, remplie par d’immenses congélateurs. Là est stockée une quantité incroyable de nourriture. Elle sort l’homme du sac, le déshabille sans aucune gêne, prend ses vêtements, et le remet dans le plastique. Elle ouvre ensuite un congélateur, et entreprend de le vider. Travail de longue haleine, la jeune femme ne possède pas une force extraordinaire. Quelques heures plus tard, lorsqu’elle a achevé sa tache, elle place le corps au fond, puis le recouvre progressivement d’aliments. Elle quitte la pièce à l’aurore. Immédiatement, elle part de la base, et retourne à ses appartements, non loin de là. Dès qu’elle est arrivée, elle brûle les gants, puis se couche, pour à peine deux heures. Le réveil est difficile. Mais elle doit aller travailler, un point c’est tout. Sitôt arrivée, elle est convoquée dans le bureau de son supérieur direct. Elle a d’abord un instant de panique, mais se raisonne rapidement. Il est trop tôt pour que le corps ait été découvert. De toute façon, ce n’est pas le sujet de l’entretien. Il voulait lui parler de sa demande de mutation. Elle a été acceptée, Lüe pourra quitter New York d’ici la fin de la semaine. Parfait, elle n’espérait pas que ce soit accepté aussi rapidement…


Lüe est à San Francisco depuis un mois. Ici, elle est un homme. Elle a falsifié ses papiers, a enfilé la tenue de celui qu’elle a tué. Le seul problème, c’est sa voix. Elle est obligée de la contrefaire en permanence, c’est épuisant. Elle va rapidement acheter un modulateur de voix, petit appareil très pratique qui se vend depuis quelques années. Bizarrement, elle n’a eu aucune nouvelle concernant un meurtre dans son ancienne base. Elle ne s’en plaint pas, personne de sain d’esprit ne chercherait des complications quand il n’y en a pas. Elle a recommencé à manger, pour prendre un peu de carrure. Même comme ça, elle reste mince, apte à se faufiler n’importe où, et ses formes ne se développent pas pour autant. Pourquoi ? Elle le refuse absolument. Et elle est mentalement assez forte pour soumettre son corps à son esprit.


Quelques mois plus tard, la guerre commence. Excellente occasion pour Lüe de prouver ses capacités. D’ailleurs, depuis qu’elle est « devenue » un homme, elle est déjà montée en grade. Elle craint simplement qu’on profite de l’ambiance chaotique pour l’assassiner, ou autres scénarios tordus qui n’existent que dans son esprit.


Sept mois sont passés, la guerre est finie. Lüe a survécu ; comment, elle ne le sait pas vraiment elle-même. La plupart de ses collègues sont morts, elle non. Une fois de plus, elle a réussi à échapper à la mort. Tout est détruit, mais elle tient encore debout. Toutes les horreurs qui se sont déroulées durant cette guerre, elle en est en partie responsable, mais elle s’en fout, et royalement encore en plus. Elle n’a pas le temps de penser aux autres. Seule sa propre vie la préoccupe.  


Le temps continue de s’écouler. Les survivants reconstruisent, un peu partout. Lüe  erre dans le pays, sans savoir vraiment où aller. Elle voulait le pouvoir pour sa sécurité, mais comment posséder quelque chose alors qu’il ne reste à présent plus rien ? Mais telle une vagabonde, elle poursuit sa route. Sur son chemin, elle rencontre des militaires, un peu paumés, désemparés par la fin brusque de la guerre. Un groupe se forme bientôt, qui grossit avec le temps, au fil de leurs pérégrinations. Lüe ne tarde pas à en prendre la tête, son mental d’acier ainsi que sa remarquable intelligence la propulsant aux commandes sans trop d’efforts. Forte de son nouveau statut, la jeune femme décide de se fixer dans uns des rares endroits en reconstruction. Oui, mais lequel ? Elle trouve bientôt une ville, nommée Anarchy, qui la satisfaisait. Les militaires l’investirent donc petit à petit, pour finalement en prendre totalement le contrôle. En parallèle, la rumeur de cette prise de pouvoir se diffuse, et d’autres militaires, ou encore des mercenaires reconvertis affluent pour grossir le groupe. Mais comme on peut aisément le deviner, les habitants voient d’un mauvais œil cette invasion…et l’opposition se forme. Un groupe de rebelles. Autant dire que Lüe supporte très mal cette résistance à l’autorité qu’elle veut imposer. Elle envoie des espions, en repérer le dirigeant, qui reviennent finalement avec deux seule choses. Une photographie, et un nom. Le chef des rebelles est une gamine…appelée Faith. Lüe serre le poing, et la photo dans sa main se tord, miroir de ce qu’elle réserve à Faith. Quant aux simples civils, Lüe ne s’en méfie pas moins…car elle sait qu’elle est haïe de tous, et en particulier de celle qui est à leur tête. Une certaine Lia, que l’androgyne s’est jurée de faire plier…


Les rebelles ne sont plus la principale préoccupation de Lüe. Non, elle a dorénavant un sujet d’inquiétude beaucoup plus vif…un conflit intérieur agite le groupe des militaires. Certains veulent prendre le pouvoir et désertent. Rien ne saurait effrayer plus la jeune femme. Trahie par les  siens, sa paranoïa se révèle plus importante que jamais, elle redoute les sorties en ville, fait surveiller ses chefs…et évite plus que d’ordinaire –si c’est possible- les contacts humains. Ses sens sont en éveil perpétuel afin de prévenir le danger. Le moindre bruit, une odeur suspecte, un élément inhabituel, tout cela l’affole. Et à présent, la jeune femme, repliée sur elle-même, ne pense qu’à accroître encore sa domination sur la ville afin de préserver sa sécurité. Qu’Anarchy se prépare à une ère de terreur…




Stats :
Force : 5
Force Mentale : 9
Résistance Physique : 5
Combat : 5
Perception : 5
Dextérité : 5
Furtivité : 7
Vivacité : 9
Habilité : 5

[Il y a probablement quelques incohérences...]
_________________
[Note : Aux yeux de tous, Lüe est un homme.]


Dernière édition par Lüe le Mar 28 Aoû - 11:22 (2007); édité 3 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 01:38 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Faith
Chef

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 39
Féminin
Force: 6
Force mentale: 5
Résistance physique: 7
Combat: 8
Perception: 5
Dextérité: 7
Furtivité: 7
Vivacité: 4
Habilité: 6

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 17:50 (2007)    Sujet du message: Lüe Répondre en citant

Tout ça m'a l'air très bien =). Fin, à part les stats, vu que je les ai modifié xD. Mici de changer ^^.
Revenir en haut
Lüe
Chef

Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2007
Messages: 17
Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe
Force: 5
Force mentale: 9
Résistance physique: 5
Combat: 5
Perception: 5
Dextérité: 5
Furtivité: 7
Vivacité: 9
Habilité: 5

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 17:58 (2007)    Sujet du message: Lüe Répondre en citant

Voilà, stats modifiés!
_________________
[Note : Aux yeux de tous, Lüe est un homme.]
Revenir en haut
MSN
Faith
Chef

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2007
Messages: 39
Féminin
Force: 6
Force mentale: 5
Résistance physique: 7
Combat: 8
Perception: 5
Dextérité: 7
Furtivité: 7
Vivacité: 4
Habilité: 6

MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 18:26 (2007)    Sujet du message: Lüe Répondre en citant

Vila jte valide même si tu l'es déja **
===>
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:46 (2018)    Sujet du message: Lüe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Anarchy Index du Forum -> Général -> Présentations -> Présentations validées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com